19707865_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110404_011814.jpg

Un capitaine Haddock bouleversant d'humanité :

 

Nous reviendrons bien sûr dans un prochain article sur Tintin lui-même mais l'excellente surprise du film est la force donnée au personnage du Capitaine Haddock. Il est bien loin de se limiter à un héros bougon et maladroit, enchaînant les jurons aussi vite que les bouteilles de rhum. Tonton Archibald en navigant sur grand écran n'a pas perdu une case. On devine dans son regard toute la détresse d'un homme écrasé par ses glorieux aînés et on est plus d'une fois ému par la performance "d'acteur". Le secret de cette émotion est sans doute à chercher du côté de son "interprète" (Andy Serkis ,le Gollum du "Seigneur des anneaux) et des progrès de la technique.

Je me souviens que le premier film entièrement en images de synthèse péchait par sa froideur. Il s'agissait de "Final Fantasy : les créatures de l'esprit" :

18857161_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20070907_052730.jpg 69214649_af_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20020807_065718.jpg

Si la peau des  personnages était vraiment réussie, leurs yeux étaient désespérément vides. Cheveux et pilosité ajoutaient au caractère grotesque du procédé. On se disait en sortant de la salle que les acteurs avait encore de beaux jours devant eux....

Et bien aujourd'hui,Spielberg a su faire d'Haddock une créature de chair et de poils (prenez le temps d'admirer son cou velu !). Et malgré ce que les esprits chagrins pourront dire, il n'y a pas que son nez qui a pris de l'épaisseur en passant à la 3D.

tintinune-419197-jpg_281255.jpg

Retour à l'accueil