19822834_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20111003_044433.jpg

 

« Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film ».

 

Hitchcock a lui-même énoncé ce principe d'écriture, à propos du Grand Alibi (1950). Disney veillera a l'appliquer pour ses meilleures productions. Pascal Bonitzer, scénariste et réalisateur français précise « J’ai toujours eu le sentiment qu’il y avait confusion à propos de cette formule. Il ne faut pas comprendre : plus méchant est le méchant... mais, au contraire, plus complexe il est, et plus il a de points communs avec le héros, au point d’être presque interchangeable avec lui, alors plus le film sera réussi...».

 

Cette leçon de cinéma s'applique scrupuleusement au (x) méchants du "Secret de la licorne - le film".  Le duo "Sakkarine-Racham" n'est pas tant  la face obscure du Capitaine Haddock que celle de Steven Spielberg lui même !

 

Comment interpréter la ressemblance parfois troublante avec le réalisateur ? Peut-être la volonté de ce dernier de répondre avec humour aux fans de Tintin qui l'ont soupçonné de vouloir voler le trésor d'Hergé : l'univers de ses albums.

 

Rappelons qu'à la signature du contrat Spielberg pris cet engagement personnel : "Je ferai tout pour que vous soyez fiers de mon travail" . Le vrai double de Spielberg est donc bien au final à chercher plutôt du côté du capitaine Haddock.

 

  19822847_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20111003_044621.jpg

Retour à l'accueil