3.Une fois encore, les décors semblent s’effacer un peu pour laisser plus de place aux personnages. Cet apparent dépouillement est-il voulu par le scénario ou est-ce votre style graphique ?

 

 

Je ne me suis pas aperçue de la présence « timide » des décors. Pourtant ils sont présents en comparaison de la plupart des mangas qui ne laissent qu’une place bien plus restreinte aux décors, au profit des personnages. Dans mes planches, mes personnages ont beaucoup de présence, c’est incontestable et les décors n’ont pas encore un « rôle majeur « dans ce tome 2 (peut-être dans le tome 3 …). Par contre, ce n’est pas mon style graphique car les décors (au propre, à savoir en noir et blanc) sont l’œuvre de mon coloriste, Simon Champelovier qui a joué l’assistant - décor pour ce tome. Nous nous partagions la tâche ainsi : Je réalisais les décors sur le story board des planches avec moult indications de ce que je souhaitais et il les redessinait au propre. Cet apparent dépouillement ressenti viendrait peut être de là.

Dernière précision : pour le tome 3, je réalise mes planches (noir et blanc) en entier ,à savoir décors + personnages, aussi, je vous invite à la sortie du tome 3 de me redonner votre avis sur mes décors , qui seront « entièrement » de mon style graphique.

 

 

 

 

4. Quelles productions actuelles vous inspirent ? Le cinéma semble avoir une grande place…

 

Toute forme artistique est une source d’inspiration pour moi que ce soit la littérature, la musique, le théâtre, la danse, la peinture ou encore le cinéma. Je suis très curieuse des productions de mes camarades artistes et je me « nourris » de ce que je vois, de ce que j’entends pour le retranscrire dans mon univers graphique.

Par exemple, j’aime travailler en musique car les sons, chansons m’évoquent des images, des scènes, m’aident à réfléchir sur mes dessins.

 

Le cinéma a une place majeure dans mon travail. Rien que pour la réalisation du story board( squelette de la planche et passage similaire dans l’élaboration d’un film) : je pense mes scènes comme un film et je dois faire « arrêt sur image » mentalement pour trouver le meilleur angle de vue, le bon cadrage , les enchaînements, le bon « jeu d’acteur » de  mes personnages…

Comme au cinéma, j’élabore un casting pour les personnage et deux ou trois ont bénéficiés du physique et charisme d’acteurs ou actrices : le plus marquant reste l’acteur jean Reno, sa personnalité et certains de ses rôles au cinéma (particulièrement dans les rôles de tueur à gage, flic) qui m’ont servi pour créer le personnage de Carolus, le vagabond.

Mais si je m’inspire de personnalités, ils sont très caricaturés afin de s’adapter au mieux à la série de Nanami, comme si les acteurs jouaient dans « mon film ».

 

Nauriel est la dessinatrice de la série Nanami (Dargaud).
Vous pouvez suivre son actualité sur : www.azelys.net (blog d'où sont extraites les illustrations de cet article avec l'aimable autorisation de l'auteur).

 

Retour à l'accueil