Dernières minutes

       Tu es un ancien du Parcours Images ou du Club Manga, donne de tes nouvelles ICI.    

 


Inscriptions Club Manga 2014-2015 :  des places à réserver tout au long de l'été au fil des articles. Les premières c'est ICI.


 

twitter humour mort1 300x300 Les 50 millions de messages quotidien sur Twitter, c’est l’arbre qui cache la forêt Le grand Mangaque s'essaye à Twitter...

 

Interview

Nauriel est la dessinatrice de la série Nanami (Dargaud).
Vous pouvez suivre son actualité sur : www.azelys.net (blog d'où sont extraites les illustrations de cet article avec l'aimable autorisation de l'auteur).

  1. 1. « L’inconnu », le tome 2 de Nanami vient de sortir, presque 2 ans après le tome 1. Pourquoi une telle attente ?

 

Pour mieux se faire désirer  du public et tester sa patience … Plus sérieusement, les raisons sont nombreuses et d’ordre éditorial telles que des corrections de planches au niveau de la couleur, la réalisation d’une nouvelle couverture pour le tome 2 car ma première proposition était  moins percutante que la couverture du tome 1, l’arrêt de la collection cosmo qui a nécessité le remaniement des titres prévus ( ce fut moins dérangeant pour les tomes 1 que pour un tome 2 de Nanami ), trouver la bonne date pour lancer l’album …etc.

L’attente de ce tome 2 restera exceptionnelle (enfin, j’espère …) car je tiens à rassurer mes lecteurs, quand à la future publication du tome 3.

 

 2.

 

« Ce tome est plus sombre avec un scénario qui se complexifie. La série va-t’elle grandir avec son public (un peu comme l’a fait Harry Potter) ? Les multiples prix obtenus auprès de la jeunesse, le grand succès auprès des ados, peuvent-ils avoir une influence sur l’avenir de « Nanami »?

 

Le tome 2 apparaît un peu plus sombre, certes, en comparaison  du tome1 qui ne nous faisait qu’une brève introduction de la série avec un passage en revue rapide des principaux protagonistes entourant Nanami (à peine deux pages pour certains) .Ce tome 2 commence à nous dévoiler légèrement les personnalités et les enjeux. Légèrement car la trame est effectivement complexe, de part le nombre des personnages, des aspirations, des desseins et mes deux scénaristes ne vont pas faciliter les choses, naviguant entre le clair et l’obscur, entre les moments drôles, tendres et les épisodes dramatiques et inquiétants...

 

L’espace-temps de Nanami est largement plus court que celui d’Harry Potter puisqu’il ne se déroule qu’une bonne semaine et demi (espace-temps du monde réel) entre le tome 1 et le 2. Au début de la série, Nanami est très « petite fille » et c’est son rôle d’Akata avec les évènements liés, qui vont, au fil des albums, la faire  grandir et mûrir d’une certaine façon. Mais la toile de fond est bien présente : une adolescente de 14 ans, avec ses réactions, ses erreurs, ses émois d’adolescente.

 

 Les prix remportés par le tome 1 ont confirmé un intérêt majeur du public pour la série, une belle récompense pour ma première BD et avant tout, la satisfaction de voir mon dessin apprécié, sentir et voir le lectorat s’accaparer l’histoire et les personnages. Je ne sais pas encore mesurer l’influence que ça pourrait avoir sur le devenir de la série, si ce n’est de continuer sur ce bel élan et de faire encore mieux.

En tous les cas, mon éditeur et mes scénaristes sont contents et tout aussi motivés que moi par cette aventure « Nanami ».

 
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

3.Une fois encore, les décors semblent s’effacer un peu pour laisser plus de place aux personnages. Cet apparent dépouillement est-il voulu par le scénario ou est-ce votre style graphique ?

 

 

Je ne me suis pas aperçue de la présence « timide » des décors. Pourtant ils sont présents en comparaison de la plupart des mangas qui ne laissent qu’une place bien plus restreinte aux décors, au profit des personnages. Dans mes planches, mes personnages ont beaucoup de présence, c’est incontestable et les décors n’ont pas encore un « rôle majeur « dans ce tome 2 (peut-être dans le tome 3 …). Par contre, ce n’est pas mon style graphique car les décors (au propre, à savoir en noir et blanc) sont l’œuvre de mon coloriste, Simon Champelovier qui a joué l’assistant - décor pour ce tome. Nous nous partagions la tâche ainsi : Je réalisais les décors sur le story board des planches avec moult indications de ce que je souhaitais et il les redessinait au propre. Cet apparent dépouillement ressenti viendrait peut être de là.

Dernière précision : pour le tome 3, je réalise mes planches (noir et blanc) en entier ,à savoir décors + personnages, aussi, je vous invite à la sortie du tome 3 de me redonner votre avis sur mes décors , qui seront « entièrement » de mon style graphique.

 

 

 

 

4. Quelles productions actuelles vous inspirent ? Le cinéma semble avoir une grande place…

 

Toute forme artistique est une source d’inspiration pour moi que ce soit la littérature, la musique, le théâtre, la danse, la peinture ou encore le cinéma. Je suis très curieuse des productions de mes camarades artistes et je me « nourris » de ce que je vois, de ce que j’entends pour le retranscrire dans mon univers graphique.

Par exemple, j’aime travailler en musique car les sons, chansons m’évoquent des images, des scènes, m’aident à réfléchir sur mes dessins.

 

Le cinéma a une place majeure dans mon travail. Rien que pour la réalisation du story board( squelette de la planche et passage similaire dans l’élaboration d’un film) : je pense mes scènes comme un film et je dois faire « arrêt sur image » mentalement pour trouver le meilleur angle de vue, le bon cadrage , les enchaînements, le bon « jeu d’acteur » de  mes personnages…

Comme au cinéma, j’élabore un casting pour les personnage et deux ou trois ont bénéficiés du physique et charisme d’acteurs ou actrices : le plus marquant reste l’acteur jean Reno, sa personnalité et certains de ses rôles au cinéma (particulièrement dans les rôles de tueur à gage, flic) qui m’ont servi pour créer le personnage de Carolus, le vagabond.

Mais si je m’inspire de personnalités, ils sont très caricaturés afin de s’adapter au mieux à la série de Nanami, comme si les acteurs jouaient dans « mon film ».

 

Nauriel est la dessinatrice de la série Nanami (Dargaud).
Vous pouvez suivre son actualité sur : www.azelys.net (blog d'où sont extraites les illustrations de cet article avec l'aimable autorisation de l'auteur).

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

 

5. Le milieu de la bande dessinée est-il dur envers les femmes ? Pensez-vous qu’elles peuvent apporter quelque chose de différent ?

 

 

Dur ? Je ne crois pas. Pour ma part, en tout cas ;  j’ai plutôt été bien accueillie par la gente masculine du milieu et j’ai pu m’intégrer sans problème. J’ai même eu la chance de recevoir des encouragements, des compliments, des avis objectifs et intéressants sur mon travail de la part d’auteurs anciens et confirmés. Bien entendu, il est déjà arrivé qu’à un ou deux festivals de BD je me retrouve seule dessinatrice  mais comme nous devenons de plus en plus nombreuses sur le marché, cela risque d’être plus rare.

Les dessinatrices de BD apportent leur visions, leur sensibilités  et donc certainement  qu’un regard neuf et différent est à remarquer dans la BD féminine actuelle. Déjà je remarque que nous sommes quelques dessinatrices à proposer des albums destinés à un lectorat adolescent (et plus particulièrement les adolescentes pour certains ouvrages). Sinon je trouve intéressant que certains sujets précédemment traités par les dessinateurs soient repris par les dessinatrices, des ouvrages traitant de la vie quotidienne, de la politique, les sujets plus tabous…

De mon point de vue, toutefois, c’est avant tout l’album, le travail d’un auteur qui m’intéresse et non que ce soit une femme ou un homme derrière le crayon.

 

6.Pensez-vous avoir eu beaucoup de chance de signer cette série dès votre sortie d’Ecole (Corbeyran – Dargaud) ?

 

 

Enormément. D’autant plus qu’à l’opposé de la plupart de mes camarades de promo qui couraient les salons, préparaient des press-books et des dossiers pour d’éventuels éditeurs, j’ai préféré prendre du temps pour travailler mon dessin par le biais du fanzine et de petits travaux. Rien ne me prédestinait à rencontrer Corbeyran aussi facilement et surtout qu’il « flashe «  sur mon dessin. Je lui suis très très reconnaissante d’avoir cru en moi et de m’avoir donner ma chance  ainsi qu’Amélie Sarn,  et par la suite l’éditeur Dargaud. J’ai conscience de débuter ma carrière par la grande Porte, entre un grand scénariste aux multiples séries et un grand éditeur, aussi je m’accroche pour persévérer dans cette voie « royale ».   




Images trouvées sur le site de Nauriel.

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

 

7. Tout comme notre précédent invité Régis Donsimoni, vous avez suivi l’Ecole Emile Cohl de Lyon. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette formation et sur ce qu’elle vous a apporté ?

 

Effectivement, quand je suis entrée à l’école Emile Cohl fin septembre 1998, fraîchement diplômée d’un baccalauréat littéraire et pas  tout à fait majeure (17 ans, la gamine !!), Régis Donsimoni entrait, lui, en dernière année de formation. Autant dire un « grand » face à la petite gribouilleuse apprentie que j’étais. Nous avons dû nous croiser plus d’une fois dans les couloirs de l’école et qu’il faudra un salon BD à Toulon en 2006 pour que nous nous rencontrions « officiellement » et puissions échanger nos souvenirs de guerr…euh d’école …

 

Bref, l’école Emile Cohl est une école d’arts , privée, qui forme aux métiers de « l’image de communication », soit la BD, l’illustration, le graphisme, dessin animé,web, jeux vidéos… A notre époque, la formation s’effectuait sur 4 ans, après le bac : une année préparatoire, deux années de formation et une année diplôme. Je crois que maintenant, ils ont ouvert une nouvelle classe avant l’année préparatoire … ; Les enseignants sont tous professionnels dans des métiers artistiques ( peintres , auteurs de BD, illustrateurs, graphistes…) aussi ils sont bien renseignés sur le milieu.

3 années pour apprendre ou perfectionner les bases du dessin classique (cours de nus, perspective, dessins d’objets, peinture, sculpture) suivi de cours sur la BD, l’illustration, le dessin animé (etc.).

La dernière année, on se dirige soit en classe papier (illustration, BD, graphisme), soit en info (dessin animé, web, 3D) afin de préparer un diplôme de fin d’année.

 

J’ai appris énormément de choses dans cette école, particulièrement durant les deux premières années et j’ai côtoyé des gens de grands talents que je recroise au hasard des sorties ou de salons.

J’ai appris la persévérance, à regarder le monde qui m’entoure pour le traduire à ma façon et tant d’autres choses qui me servent tous les jours dans mon travail. 

Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires



- "Zblu Cops", pourquoi un tel titre ? N'est-ce pas commercialement suicidaire ?

 

 



Oui effectivement, commercialement parlant c'est pas super, les gens retiennent jamais ...mais bon, nous on trouvait que ça sonnait bien, et qu'au moins c'était original...

- Votre bd est sous influences multiples (un vrai bonheur pour les lecteurs de votre génération). Si vous deviez la cerner par un titre de série télé, un film, un dessin animé et
un manga, quels seraient-ils ?


Pour cette série, on s'est beaucoup inspiré des oeuvres d'Akira Toriyama, le créateur de Dragon ball, et plus particulièrement de ses mangas humoristiques comme Dr Slump ou plus

 

récemment Cowa... Nous sommes également de gros consommateurs d'anime japonais (ça va de Cowboy bebop, Samourai champloo, FLCL, Gurren lagann aux films de Miyazaki...).

Sinon on aime bien tout ce qui est stupide et décalé, comme South Park par exemple...
Dans la série on parodie pas mal le genre policier en général, mais pas de série ou film en particulier...

- Vous réunissez dans cette équipe de policiers une galerie de personnages délirants, quel
est votre préféré ?


Forcément je les aime tous, mais je crois avoir une préférence pour le duo Playmo/Tistouille... parce que ce sont les plus crétins.



- Comment est-né Bill Playmo ?

Il est né d'une mère humaine et d'un père Playmobil, tout simplement...me demandez pas les détails!

- Quel sentiment éprouvez-vous à appartenir à la bande à Tchô?

Sans faire de lèche, Tchô est vraiment un magazine super, très moderne, très ouvert, et où on jouit d'une grande liberté...c'est aussi un très bon tremplin pour les jeunes auteurs, et Jean-Claude CAMANO qui dirige le journal et la collection s'en sert vraiment dans ce sens, il donne leur chance aux auteurs débutants en espérant dénicher des nouveaux talents... et en plus tout le monde dans la bande à Tchô est super sympa...sauf Ohm qui est misanthrope.

- Que pensez-vous du manga ? Vous situez-vous à la croisée des mondes ?

Comme je le disais, on en lit pas mal, dans pleins de styles différents.... je pense qu'on fait partie d'une génération qui a grandi avec les animes japonais ,et donc le travail
s'en trouve forcément un peu influencé...le truc étant de bien digérer tout ça et pas de ressortir bêtement tout ce qu'on a emmagasiné... je crois beaucoup au mélange des genres en fait, je n'aime pas trop les cases...je trouve ça très intéressant d'aller piocher dans différentes cultures, de mélanger le tout, de bien secouer et servir comme ça... c'est un peu ce qu'on essaye de faire dans notre autre série, "lucha libre".




Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Mangakoi???

L'image du jour

  • P1340132.jpg

Recommander

Dernières Minutes


Ardeche

 

     

Ils nous ont écrit

" Merci beaucoup!

We are the drawners of All In ^_^ We received your web site today from my publisher. We wish you good luck with your manga club and we want say thank you very much for your good comments about All In and us. We loved met you in Aubenas. We hope that all the students will have very good work like us in the future!! See you and thanks again ^_^ "
Irene et Laura



"je vous envoie mes felicitations pour le travail et la creativité du site!

Cordialement,"
Paola Costa,journaliste chilienne, étudiante en  master  Ingénierie des
Médias pour l'Education à l'Université de Poitiers
 
 
"Nous avons bien reçu vos exemplaires pour le concours de journaux. Merci pour votre participation."
Daniel Salles
coordonnateur académique Clemi Grenoble

 

"....passe le bonjour a toussssssssssssssssssssssss les élèves.  ^^ " / Extrait d'un mail de Reno Lemaire envoyé ce Jeudi 8 mars .  Voilà, C'est fait.

"Bonjour à vous,
tout d'abord , veuillez m'excuser de ne pas vous avoir répondu plus tôt , pour cause de petits soucis d'internet et de déplacements ...

Je vous remercie pour ce sympathique mail quoi me fait extrêmement plaisir  et je  puis vous assurer que je garde un très bon souvenir de mon passage à Largentière ...

Pour ce qui est du tome 2, il est terminé pour ce qui est des planches mais actuellement je travaille étroitement avec Dargaud sur quelques petites corrections et retouches de dernier ordre ( ce qui fait qu'il se fait encore attendre) et l'album devrait passer à l'imprimerie entre mars et avril ... Pour l'instant c'est encore très flou et je n'ai pas encore d'informations très concrètes ... mais je n'hésiterais pas à vous prévenir dès que j'aurais l'accord de Dargaud ... en tous les cas, je suis très contente de revenir à Aubenas début juin, à la rencontre  des "fans de nanami " ...

Merci pour tout et à Bientôt,
Nauriel ( Magali)"   / Mail du 28 février 2007

 

   

 

 

 

 

 

Archives

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés